Des pédagogies alternatives Montessori et Steiner-Waldorf

Comme beaucoup et probablement comme vous, je me pose des questions sur l’enseignement inculqué dans nos écoles françaises. Ayant participé en tant qu’adulte dans les différentes entreprises dont j’ai fait partie, à des ateliers de travail en compagnie de collègues à l’international (principalement américains, européens et asiatiques), j’ai pu observer que nous avions des approches tout à fait différentes face aux mêmes consignes reçues. Par exemple, et en tâchant d’éviter les clichés : les Américains sont particulièrement à l’aise au niveau prise de parole en public. Ils parlent souvent bien et fort (la voix porte facilement d’un bout à l’autre d’une salle), et ils savent mettre le travail de leur groupe en avant. C’était peut-être également plus facile pour eux car le travail se faisait en anglais, langue commune la plus évidente dans ce contexte. Les Européens, et en particulier les Latins, auront un sens de la critique et de la remise en question plus naturel. Les Asiatiques seront souvent plus discrets, et auront la plupart du temps des arguments justes, réfléchis et finement analysés. J’ai pu constater cela sur plusieurs groupes de travail, quelle que soit la culture d’origine de la personne ; il semblerait que ces quelques traits relèvent davantage du système éducatif dans lequel ils ont baigné, et cela ne peut être le fruit uniquement du hasard ou des circonstances. Le sujet m’intéresse et j’écrirai probablement un essai là-dessus un jour.

C’est donc assez naturellement que je me suis penchée sur les pédagogies alternatives existantes afin d’étudier les possibilités offertes à nos enfants afin de développer les compétences que nous estimons nécessaires à leur développement en tant que citoyen du monde au 21ème siècle. Au final, ils sont inscrits dans un cursus classique, mais cela ne nous empêche pas d’adapter ou de pratiquer certaines activités à la maison selon les principes Montessori et Waldorf-Steiner.

Avant toute chose, il faut bien être conscient que Montessori et Waldorf-Steiner relèvent de deux pédagogies très différentes. On ne peut d’ailleurs pas réellement réaliser de comparatif Montessori Steiner ! Waldorf-Steiner est une approche holistique de l’apprentissage qui encourage le développement de toutes les facultés de l’enfant, c’est-à-dire que à la fois les savoirs académiques, les arts et les sports sont pratiqués, autrement dit l’enseignement académique y est robuste, mais on y encourage également la sensibilité artistique et l’éducation physique. Montessori est vraiment une pédagogie d’apprentissage auto-dirigée. Cela peut convenir à certains enfants, et ne pas suffire à d’autres. Après tout enfant, saviez-vous quelles méthodes d’apprentissage fonctionnaient bien pour vous ? La plupart d’entre nous, même adultes, n’en sommes toujours pas forcément conscients – et cela est normal car le schéma couramment employé théorie/(explicitation)/exercice/correction/apprentissage/contrôle ne nous incite pas toujours à revenir sur la manière dont nous avons retenu, ce que nous avons retenu, et comment nous serons en mesure de réutiliser notre nouveau savoir et de l’adapter à des situations nouvelles, car c’est bien là que réside la finalité du système éducatif.

Les origines de la pédagogie Waldorf-Steiner

Dans le contexte chaotique qui a fait suite à la première guerre mondiale en Europe, Rudolf Steiner constatait que les principes de liberté, d’égalité et de fraternité étaient bien négligés dans notre société dite moderne. Emil Molt, propriétaire de l’usine de cigarettes Waldorf Astoria, a demandé à Steiner de développer une nouvelle éducation pour les enfants des employés de son usine. Il souhaitait une éducation qui permettrait aux enfants de grandir et de développer des aptitudes de réflexion telles qu’ils seraient capables de travailler dans des situations sociales variées dans la complexité de notre monde, tout en étant dotés de la clairvoyance nécessaire de manière à ne plus conduire l’humanité à choisir la guerre comme une option pour gérer les conflits. Sur ce projet d’établissement et d’éducation, Molt a fondé la première école Waldorf à Stuttgart en Allemagne en 1919, avec un programme d’enseignement complet, toutes classes confondues, pour 260 enfants d’employés. Aujourd’hui, il y a environ un millier d’écoles Waldorf-Steiner réparties dans 64 pays.

Qu’est-ce qu’une école Waldorf-Steiner ?

Les méthodes d’une école Waldorf-Steiner dérivent d’un modèle pédagogique qui vise à faire grandir l’esprit incarné en chaque être humain en tenant compte des étapes de développement spécifiques de l’enfant. La philosophie Waldorf voit ainsi l’éducation comme un art, de manière que chaque matière que ce soit l’arithmétique, la biologie ou le français, est présentée d’une façon ludique et vivante qui résonnera avec l’étape de développement dans laquelle se trouve l’enfant. Chaque sujet est enseigné au travers de l’expérimentation directe et est habituellement animé grâce à l’art, la poésie, la musique, la théâtralisation ou le mouvement. Le but de l’enseignant de de faire ressortir les capacités inhérentes de l’enfant en créant dans la classe une atmosphère qui suscitera chez l’enfant l’intérêt, l’enthousiasme et l’émerveillement.

Petite-enfance et jardin d’enfants (Kindergarten)

Les jeunes enfants sont entourés de matières naturelles et de couleurs chatoyantes. Ils sont guidés par des enseignants calmes et bienveillants dans les histoires, les chansons, les jeux d’imagination ou de marionnettes, et les activités manuelles et pratiques. Les repas sont préparés ensemble puis partagés, et les fêtes sont célébrées en extérieur en suivant le rythme des saisons.

L’école primaire et le collège (classes 1 à 8)

L’instruction académique début en première classe (pas en jardin d’enfants), et l’enseignant de la classe délivre tous les enseignements scolaires et la plupart des matières artistiques. Certains établissements apprennent également l’artisanat, les langues étrangères, le sport et les jeux physiques, la musique, et un mouvement artistique appelé l’eurythmie.

Il est fréquent que les sujets soient adressés de manière orale et pratique par l’enseignant Les élèves créent leurs propres « cahiers » pour écrire et décrire ce qu’ils ont appris, et ils pratiquent quotidiennement le dessin, le chant, l’art de raconter des histoires et la musique.

Les sciences deviennent prédominantes dans les classes 6 à 8 et sont enseignées telles qu’elles ont été historiquement développées par les scientifiques : comment puis-je déterminer ce qui fait flotter certains objets tandis que d’autres coulent ? Quelle est la loi physique qui gouverne ces phénomènes ? Les élèves deviennent réellement compétents dans les activités manuelles telles que le jardinage ou la couture, et ils pratiquent de manière soutenue les activités artistiques telles que jouer d’un instrument de musique, jouer dans une pièce de théâtre, mais également les matières académiques comme les projets de recherche, l’algèbre ou les langues étrangères.

Le lycée

« L’impulsion vers la vie est donnée au lycée. » Les étudiants s’engagent dans des cursus pratiques, artistiques et académiques plus larges qui incluent la recherche, le théâtre, les sciences de la Terre et les sciences en laboratoire, et des connaissances fondamentales en civilisation occidentale, histoire et littérature.

L’objectif d’une éducation Waldorf est de développer un être humain sain, capable de réflexion profonde, d’agir avec compassion, et de répondre avec discernement et talent aux besoins de notre temps. Par définition elle est évolutive avec la société. Les diplômés d’un cursus Waldorf sont appréciés pour leur intelligence émotionnelle, leur intérêt dans les apprentissages, et leur engagement profond dans tous les sujets. Ils exercent des professions tout à fait diverses comme la comédie, la conduite d’entreprises responsables, les sports olympiques ou la musique à titre professionnel.

Les faiblesses du système Steiner-Waldorf

La plupart des écoles Steiner-Waldorf sont privées, et leur coût a tendance à limiter les diversité des familles qui y participent même si de l’aide financière est disponible.

L’emphase sur la civilisation occidentale est relativement « Euro-centrée », et les autres cultures notamment Asiatiques et Africaines ne sont qu’assez peu traitées.

Les écoles Waldorf peuvent être connotées « religieuses » car l’Histoire Sainte et des récits de la Bible y sont lus dans les classes 2 et 3.

La manière dont les mathématiques et les sciences sont enseignées peut apparaître trop lente pour les parents ayant de l’ambition scolaire pour leurs enfants. L’éducation se voulant plutôt compréhensive et adaptative pour former des adultes équilibrés et bien-pensant au sens collectif plutôt que des leaders, la compétition n’y est pas exacerbée. En revanche, le « savoir-être » y sera ainsi développé naturellement contrairement aux systèmes scolaires classiques.

L’enseignant suit typiquement une classe d’année en année de la première à la huitième classe. Sur bien des aspects, ils pourront mieux connaître votre enfant que vous-même. Il est donc d’une importance capitale d’entretenir une relation proche avec l’enseignant de son enfant, de manière à comprendre qui ils sont. Il est donc aussi primordial que l’enseignant parvienne à s’adapter à chaque enfant et à son fonctionnement particulier.

L’implication des parents est clé pour le succès d’une classe. Par conséquent, des parents particulièrement engagés pourront faire qu’une classe créera des interactions intéressantes pour la communauté, tandis que des parents peu impliqués pourraient ne pas permettre que le potentiel de la classe se développe de manière optimale.

Les origines de la pédagogie Montessori

Alors que la pédagogie Waldorf-Steiner a été construite sur la base d’idées et de croyances, dont certaines controversées par exemple sur le bien et le mal, le développement différencié par rapport à l’âge plutôt que les capacités et talents des individus, la pédagogie Montessori a été développée sur une longue période au travers d’observations scientifiques et d’expérimentations pédagogiques sur ce qui fonctionnait réellement avec les enfants – et celles-ci se sont arrêtées au décès de sa fondatrice. Malgré cela, le modèle demeure particulièrement pertinent, puisque cette méthode sert de base à l’enseignement dans plus de 7000 écoles Montessori aujourd’hui dans le monde, et ses principes sont appliqués et/ou adaptés dans bien davantage encore.

Le système d’éducation Montessori a été formulé par Dr Maria Montessori au début des années 1900. Elle était l’une des premières femmes médecins en Italie et a étudié des enfants de la naissance à l’âge adulte, de différentes origines socio-économiques et ce afin de développer une pédagogie alternative. Montessori voit le développement humain comme une suite de comportements-types prédictifs associant ses aspects social, cognitif et émotionnel. Pour révéler le potentiel de l’enfant, les Montessoriens créent des environnements préparés pour répondre aux besoins des enfants à des stades variés de leur développement. Ces environnements contiennent des matériels conçus pour aider l’enfant dans tous les aspects de son développement : mental, physique, social et émotionnel. Les Montessoriens observent ensuite l’enfant impliqué dans l’activité qu’il a choisie pour aider à son développement. L’auto-évaluation et l’auto-correction constituent une part intégrale de l’approche de la classe Montessori. Cette méthode d’apprentissage a également tendance à former des élèves avides de connaissances.

Etre un enfant Montessori

L’éducation Montessori offre aux enfants les opportunités pour développer leur potentiel pour entrer dans le monde en tant que citoyens engagés, compétents, responsables et respectueux avec la compréhension et l’appréciation que l’apprentissage est pour la vie. Chaque enfant est valorisé en tant qu’individu unique. La méthode Montessori reconnaît que chacun apprend de différentes manières, et s’accommode de tous les styles d’apprentissage. Les élèves sont également libres d’apprendre à leur propre rythme, chacun avançant dans son « programme » lorsqu’il est prêt, guidé par un enseignant et un plan d’apprentissage personnel.

La méthodologie pouvant être commencée dès le plus jeune âge, les enfants Montessori développent sens de l’ordre, coordination, concentration et autonomie. La conception des salles de classe, des matériels et des routines quotidiennes encouragent l’auto-régulation émergente, c’est-à-dire la capacité à s’éduquer et à réfléchir sur ce que l’on apprend, du nourrisson à l’adolescent.

Les enfants sont encouragés à rechercher activement la connaissance. Les étudiants sont une composante essentielle d’une communauté proche et bienveillante. Les classes multi-âges, typiquement sur 3 ans d’âge, recréent une structure familiale. Les plus âgés apprécient d’être dans des rôles de modèles, de mentors – les plus jeunes se sentent soutenus et gagnent en confiance face aux challenges. Les enseignants font preuve de respect, de bienveillance, et croient en la résolution pacifique des conflits. Ils fournissent à leurs élèves un environnement où ils disposeront de la liberté et des outils pour chercher les réponses à leurs questions.

Les élèves Montessori jouissent d’une certaine liberté avec des limites. Dans le cadre de paramètres fixés par les enseignants, les élèves participent activement pour décider de leurs sujets d’apprentissage. Pour les Montessoriens, c’est la satisfaction interne qui conduit la curiosité et l’intérêt de l’enfant et résulte en un apprentissage heureux et durable pour toute la vie.

L’auto-correction et l’auto-évaluation constituent un aspect central de l’approche de la classe Montessori. En gagnant en maturité, les élèves apprennent à exercer un regard critique sur leur travail et nourrissent les réflexes que sont la reconnaissance, la correction et l’apprentissage à partir de leurs erreurs.

Dotés de liberté et encouragés à questionner, à réfléchir profondément et à établir des liens, les élèves Montessori sont des appreneurs confiants, enthousiastes et autodidactes. Ils sont capables de penser de manière critique, de travailler en équipe et d’agir de manière audacieuse – de belles qualités pour des citoyens du 21ème siècle !

La philosophie Montessori

L’enseignement Montessori est guidé par l’enfant, mettant donc l’emphase sur un auto-apprentissage actif, individualisé et adapté au rythme de chacun. Chaque enfant est considéré comme un individu unique né avec un potentiel inné. Les enfants peuvent choisir leurs activités basées sur leurs centres d’intérêt, et travailler dessus de manière ininterrompue le temps qu’ils le souhaitent. Chaque matériel, activité et classe est conçu pour aider les enfants à trouver et à suivre leurs propres passions, au rythme qu’ils détermineront eux-mêmes. Ils peuvent travailler seuls ou bien en groupes. Les enseignants notent leurs progressions et leur facilitent l’usage du matériel pédagogique. Selon son âge, l’enfant bénéficiera davantage de leçons particulières, de cursus plus engagés, de développement social et émotionnel, d’enrichissement du caractère par le biais d’activités artistiques etc. Les systèmes Montessori permettent aux enfants d’acquérir confiance en soi, indépendance, auto-gestion et auto-discipline.

Les bénéfices de la pédagogie Montessori

L’un des principaux bénéfices de l’enseignement Montessori est que l’enfant travaille de manière active et à son propre rythme. L’élève est davantage invité à s’auto-réguler et il s’agit là d’un avantage majeur puisque c’est le principal critère de succès à l’école : non pas l’intelligence, mais la capacité à se gérer. En revanche, parmi les faiblesses de Montessori par rapport au système traditionnel, l’imaginaire des enfants n’est pas autant sollicité, et leurs capacités sociales sont également moins exercées. Le système traditionnel laisse davantage de place au symbolique et aux jeux d’imagination.

Les élèves sont regroupés par tranches de 3 ans d’âge, ce qui a de multiples bénéfices pour le groupe. Comme en Steiner, l’enseignant Montessori a l’opportunité de connaître et de travailler avec chaque enfant sur plusieurs années. Ils créent un lien social similaire à une famille étendue et construisent des relations avec leurs enseignants et leurs pairs. Cela permet également aux enfants la possibilité d’apprendre des élèves plus âgés tout en développant de réelles compétences de leadership lorsqu’ils deviennent les élèves les plus âgés de leur classe. De plus cela les aide également à développer leurs capacités à résoudre les problèmes et leurs aptitudes à coopérer.

En résumé…

Les écoles Montessori et Waldorf-Steiner sont similaires sur certains points et différents sur d’autres. Les deux systèmes éducatifs sont de plusieurs manières dirigées par et vers l’enfant tout en s’appuyant sur du matériel et des enseignants de qualité. Waldorf-Steiner a une aversion générale par rapport à la technologie tandis que les classes élémentaires Montessori utilisent les ordinateurs comme un moyen d’accéder à une information qu’un enfant souhaiterait acquérir. Les deux pédagogies adressent chaque enfant dans son individualité pour le développer à la fois d’un point de vue scolaire et social.

Enfin, les pédagogies alternatives Montessori et Waldorf-Steiner diffèrent des systèmes d’enseignement traditionnel où il existe un programme à couvrir. Les enseignants des systèmes classiques disposent de matériel et de moyens pour aider les élèves en difficulté mais dans tous les cas, la classe devra avancer. Les enseignants des systèmes alternatifs sont davantage dans une approche personnalisée de chaque enfant, ce qui a aussi contribué à leur attacher cette réputation de pédagogie « hippie », adaptée aux « moins bons » élèves ou bien aux élèves qui n’auraient pas su s’adapter au système traditionnel.

La méthode Montessori est fondamentalement basée sur :

  • un environnement soigneusement préparé contenant une large variété de matériels attractifs et intéressants que l’enfant est invité à manipuler. Ces matériels sont conçus pour développer un large spectre de compétences et de capacités scolaires dès lors que l’enfant y est prêt.
  • un enseignant formé à l’observation fine, et capable de guider l’enfant vers les matériels qui lui seront appropriés à la fois au moment t, et à plus long terme
  • une classe mixte en termes d’âges où l’enfant apprend des enfants plus avancés et agit comme un guide pour les enfants plus jeunes ou moins avancés
  • de longues périodes de travail où l’enfant exerce sa capacité à se concentrer et à travailler à son propre rythme.

Le système Waldorf-Steiner met l’emphase sur l’unité, l’enfant et le mouvement. L’enseignant suit souvent sa classe du jardin d’enfants à l’école élémentaire et peut préparer des leçons pour ce groupe d’enfants. Les premières années font la part belle au jeu puisqu’il est admis qu’un enfant apprend par imitations et au travers de ses 5 sens. Les matières scolaires ne sont pas enseignées avant la première classe, ou même plus tard. Le programme est conçu sur la base d’une leçon plus longue le matin, lorsque l’enfant est plus réceptif, mais avec beaucoup de mouvement et d’animation.

Le fait que les écoles Montessori et Steiner soient centrées sur l’enfant, l’autonomie et la créativité en font des programmes intéressants pour beaucoup de familles. En revanche pour celles qui préfèreraient une structure plus scolaire et plus cadrée, aucune de ces pédagogies ne conviendra vraiment.

Et vous, quels choix avez-vous faits pour vos enfants ? Quels sont vos retours d’expérience ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :